24 octobre 2021

Visites d'agriculteurs chez les partenaires de Torba

20190413_163957_resized
Un voyage d’échanges d’expérience a permis aux agriculteurs de Setif, Tizi et Tlemcen de visiter des fermes agro-écologiques partenaires de Torba (Bouinane, Djendel, Douadouda), la commercialisation « TAFAS » et la ferme pédagogique de Zéralda.

Le programme proposé par TORBA a réellement été complet du point de vue de la mise en relief des buts recherchés par la visite. Les personnes rencontrées (fermiers, agriculteurs, formateurs et animateurs TORBA, souscripteurs Tafasiens…) ont été disponibles et ont accompagné la visite avec beaucoup d’attention aux préoccupations et questions des visiteurs en partageant leurs savoir-faire, leurs expériences et leurs connaissances avec beaucoup d’enthousiasme. Les exploitations visitées étaient de réelles espaces in-vivo de démonstration et de plate-forme de vulgarisation sur toutes les thématiques et techniques appropriées aux objectifs recherchés.
Du point de vue des participants eux-mêmes, les visites concernant les trois groupes des parcs ont été très instructives et intéressantes. Les trois thématiques sur lesquelles étaient basées ces visites ont capté les participants et leur ont permis d’élargir leurs connaissances. Celles-ci ont concernée de nouvelles techniques, d’itinéraires et de systèmes de production. Elles leur ont permis de découvrir de nouvelles formes d’organisation et de stratégie de commercialisation mais aussi des opportunités de diversification des activités des services qu’ils peuvent développer et offrir pour améliorer leurs revenus.
Toutefois et afin que les visiteurs adoptent et mettent en œuvre les connaissances et les acquis de ces visites, il convient de consolider ces résultats par un accompagnement sur terrain dans leurs zones de production notamment en recherchant une stratégie d’accompagnement en collaboration avec les partenaires locaux (collectivités, direction des Parcs, services agricoles, proposition de nouveaux projets…).
Cet accompagnement sera basé principalement sur une stratégie de formation-action des agriculteurs locaux des zones limitrophes des parcs nationaux notamment par la mise en place de parcelles de démonstration modèles de productions agro-écologiques dans les conditions locales de production des trois parcs. Ces parcelles de démonstration chez, des agriculteurs volontaires, doivent contenir un concentré de techniques et d’itinéraires que les fermiers peuvent visiter et suivre le long d’un cycle dans un esprit de formation et de vulgarisation. Ce package de techniques comprendra notamment :
• La couverture des sols et lutte contre l’érosion ;
• La valorisation de l’espace cultivé dans le temps « permaculture », et favoriser la couverture permanente des sols pour limiter l’enherbement, protéger les sols de l’érosion et lui assurer un renouvellement en biofertilisants ;
• L’utilisation des paillages naturels et d’autres techniques de couverture du sol favorisant sa vie biologique et sa fertilité minérale et organique ;
• Les techniques de captation de l’eau et de sa gestion une priorité de par sa rareté (retenues collinaires ; bassins ou bâche d’irrigation, irrigation goutte à goutte ; élaboration de banquette dans les terrains en pentes ;
• Semis et mise en place d’associations culturales ;
• Entretiens et récolte des cultures par le sarclage et le binage ;
• Confection de pépinière sur pilotis et multiplication in situ de variétés et cultivars locaux ;
• La diversification par l’appui en matériel biologique aux producteurs, afin d’offrir un choix de variétés plus performantes (résistance et productivité) adaptées aux conditions locales et respectueuses de l’environnement (parc national…) ;
• Préparation de parcelles vivrières, confection de planches maraîchères et mise en place des bonnes densités lors du repiquage et la conduite des cultures ;
• Fabrication du compost et intégration de tous les déchets organiques ménages et de la ferme ;
• Fabrication et utilisation des traitements naturels pour une meilleure gestion de la pression phytosanitaire ;
• Le suivi-conseil régulier par la formation d’animateurs, de formateur agro-écologiques et tuteurs locaux dans le but de l’accompagnement des producteurs dans la maîtrise des itinéraires techniques ;
• Diversifier les cultures et bénéficier de récoltes rapides eu égard aux temps cours (trois mois maximum en générale) comme saison de production ;
• Faire de la production de semence fermière un atout de préservation, de diversification des cultures et instaurer des échanges entre fermiers et entre régions pour élargir le pool génétique ;
• Favoriser les forme d’organisation pour construire des circuits-cours de commercialisation ;
• Diagnostiquer les opportunités de diversification des activités économiques agricoles et de récréation (gite, randonnées…).
Rappelons que le projet ACPP est financé par la commission européenne dans le cadre du programme PAP-ENPARD. Il est mis en œuvre par l’association AREA-ED en partenariat avec les associations TORBA et BEDE et en collaboration avec la DGF, l’INRAA, les PN de Tlemcen et du Djurdjura, la Conservation des forêts de Sétif et les APC de Ain Ghoraba (Tlemcen), Ait Bouaddou (Tizi Ouzou), et Babor et Oued Bared (Sétif) ainsi que l’appui d’associations locales AFET (Oued Bared), AFMT (Tlemcen).
Extraits du Rapport de Hocine Irekti
Des collectifs de consommateurs des grandes villes algériennes (Torba à Alger Bedhra à Blida, et d’autres à Tizi ouzou, Tlemcen etc…) œuvrent à soutenir les petits paysans à produire des aliments sains, sans utilisation de produits chimiques de synthèse, et respectant l’environnement. Toute la production (composée de légumes fruits, lait et dérivés, œufs, viande, huile d’olive, céréales…) est achetée à un prix de marché et écoulée sous forme de couffins hebdomadaires (une cinquantaine à Ouled fayet, une quarantaine à Zeralda, Blida etc…).
Une extension de ce projet de circuit-court est la création du marché paysan à Zeralda, permettant à tout producteur, respectant un cahier des charges de production saine, de venir écouler sa production une à deux fois par semaine.
Un système de garantie est mis en place, permettant à un technicien salarié (accompagné de consommateurs)de faire des visites inopinées à la ferme, pour s’assurer de l’origine effective des productions, de l’utilisation de quantités suffisantes de fumier composté, du respect des rotations et association de plantes maraichères (la monoculture est proscrite), l’utilisation de semences locales, de la plantation d’arbres fruitiers multiples et variés, du non-labour des parcelles… le but est de pérenniser les petites fermes agricoles et de convertir certaines d’entre elles à l’agrotourisme.

4 thoughts on “Visites d'agriculteurs chez les partenaires de Torba

  1. Par cette action positive à plus d’un titre, Torba
    jeune association en agro écologie , a le vent en poupe. Toute l’équipe de Torba se bat , sans relâche , pour mettre en application son programme d’action et, pour diffuser sa philosophie.
    Les résultats sont probants.

  2. Bonjour,
    Est-il possible d’avoir un contact ou un lien pour suivre les activités de collectif Torba,?
    Mes Salutations

  3. Moi je suis un agronome, spécialité Sciences du sol, et je trouve magnifique ce que vous faîtes, bon courage pour la suite

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *