5 décembre 2022

Réhabilitation de vergers de montagne victimes de la sécheresse (2021/2022)

Réhabilitation de vergers de montagne victimes de la sécheresse (2021/2022)

Nous avons eu le plaisir de visiter quelques agriculteurs qui travaillent à réhabiliter leurs vergers ravagés par les incendies, soit par leurs propres moyens, soit à partir de l’aide de l’Etat, soit à partir des aides d’associations comme l’asso Torba ou l’asso Tamusni.

Nous avons pu apprécier de visu l’état des arbres adultes âgés de 10 années, qui ont été transplantés de Zeralda à Yatafen (150 kms), et qui ont réussi entre 70 et 100 % selon les endroits. Quant aux quelque 2000 jeunes plants, les agriculteurs nous ont montré que les meilleurs arbres qui ont réussi sont ceux âgés de 2 ans (100 % de réussite).

Cette réhabilitation n’est réalisable sur le terrain que s’il y a deux leviers importants : le potentiel humain (généralement un propriétaire terrien qui tire une partie de ses revenus de l’agriculture) et s’il y a de l’eau, à travers un puits, une sonde ou une citerne.

Parce que planter des jeunes plants de fruitiers ne peut réussir que si c’est bien arrosé régulièrement.

Voici la ferme d’une famille qui a perdu une dizaine d’hectares de vergers. Ne pouvant pas prendre en charge tous les dégâts occasionnés, le propriétaire a loué un rétrochargeur pour décaper 2 ou 3 hectares et ramasser des centaines de souches d’arbres parfois centenaires et planter 200 fruitiers (essentiellement oliviers, figuiers, grenadiers, noyers, cerisiers, caroubiers…).

A noter que les arbres bénéficiaient tous de cuvettes pour récupérer les eaux de pluie et pouvoir être arrosés durant les mois chauds de l’été. Les agriculteurs sont très favorables à une aide financière pour creuser des tranchées durant l’automne, genre de baissières, pour faciliter l’infiltration et la récupération des eaux de pluie soit de façon superficielle soit à travers les nappes souterraines, qui sont mieux alimentées.

Les labours d’automne seront réalisés dans la mesure du possible par une paire de bœufs, pratique adaptée aux fortes pentes mais qui est en voie de disparition.

 

Pour toute aide à ces petits agriculteurs de montagne à travers les actions de l’association Torba, vous pouvez effectuer des dons financiers à la Banque de Developpement Local

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *