18 octobre 2021

Quelle commercialisation agroécologique à Tlemcen ?

Nous avons eu l’occasion de nous approcher de consommateurs de la région de Tlemcen* pour discuter et envisager de monter un circuit-court dans la région.

ما هي العلاقة بين الفلاح المنتج (أو مجموعة من المنتجين) والمستهلكين المهتمين بالمنتجات الصحية المحلية والموسمية
Un circuit-court, c’est la relation la plus courte possible entre un producteur (ou un groupe de producteurs) et des consommateurs intéressés par des produits sains, locaux, de saison.
L’initiative d’un circuit-court peut venir de producteurs, mais chez nous elle vient surtout de la part des consommateurs.
Les différents modes de circuit-court que l’on connait en Algérie sont (du plus simple au plus complexe) :
• à la ferme
• sur les routes
• marché de proximité (souk)
• Tafas (ou Amap) : ce mode est le fait d’une association directe entre producteur et consommateurs. c’est un engagement des consommateurs et des producteurs sur une période définie à produire ensemble, à partager les risques et d’offrir au consommateur un produit sain et accessible aux petites bourses
• Marché paysan (n’existe pas à notre connaissance en DZ) (et Magasin Paysan) : ici ce sont les consommateurs qui s’organisent entre eux pour créer un lieu de vente commun pour concentrer les produits et attirer plus de consommateurs
• Vente aux restaurants et aux cantines des écoles
• Commandes sur Internet (n’existe pas à notre connaissance en DZ)
L’expérience de Tafas (Tadhamoun maa fellah Assly) ou Amap est particulièrement interessante : ce sont des consommateurs qui prennent contact avec un (ou plusieurs) producteurs, pour s’entendre avec eux pour lui (leur) acheter toute sa production maraichère (ou fruitière, dérivés du lait, œufs, viandes etc…), qui devrait être la plus diversifiée possible.
Les avantages pour le producteur sont qu’il assure un débouché à une partie ou la totalité de sa production et qu’il la vend quasimment au prix du marché (et non au prix de gros).
Les avantages pour les consommateurs sont qu’ils s’assurent de l’origine des produits (qui sont contrôlés par les consommateurs regroupés en Collectif ou association). Les produits sont frais et cultivés selon un cahier des charges (qu’on va développer par la suite).
Pour les modalités pratiques, les consommateurs réunissent une certaine somme au départ pour payer les frais d’organisation (balances, cageots, tables…) et pour payer la production livrée au fur et à mesure.
Chaque mois, les consommateurs payent une avance qui correspond à la somme livrée pour 4 couffins.
Ces modèles de circuits courts (locaux) permettent de restaurer un lien social entre les consommateurs et les producteurs, qui est entrain de disparaitre de nos villes. Ils permettent en outre de reconnecter les consommateurs avec la terre nourricière et la saisonnalité.

Système de garantie participative

Le système de garantie participative est une démarche collective qui consiste à visiter et évaluer les producteurs de façon inopinée par rapport à deux critères importants :
1. La provenance des produits, qui ne doivent provenir que de(s) la ferme(s) conventionnée(s). Le producteur déclare avoir semé ou planté une liste de produits d’été ou d’hiver et ne saurait livrer d’autres produits, qu’ils proviennent du voisinage ou autre.
2. La non-utilisation de pesticides ou engrais chimiques. Les consommateurs n’ont pas besoin de recourir à un laboratoire de contrôle. Ils veillent seuelement à verifier que les productions obeissent a quelques règles de bonnes pratiques (fertilization organique, pas de monoculture, utilisation de semences locales adaptées…). Si un problème sérieux venait à se declarer, le producteur devrait contcater les consommateurs et leur demander leur avis (autorisation de traiter et respecter les délais de récoltes ou destruction de la production et trouver un moyen de compensation)
* dans le cadre du projet d’Aide aux Communautés Paysannes des Parcs nationaux, soutenu par l’UE

2 thoughts on “Quelle commercialisation agroécologique à Tlemcen ?

  1. Bonne idée que d’avoir donné un nom algérien à la dénomination Amap, avec Tafas (Tadhamoun maa fellah Assly).
    Par ailleurs très bonne idée de se passer du coûts des analyses des laboratoires mais développer des relations de confiance avec le producteur et organiser des visites régulières des parcelles.

  2. L’Algerie est membre fondateur du Reseau mediterraneen de sante animale qui permet d’animer le developpement et la mise en oeuvre de programmes regionaux de sante ani male. Il vise a ameliorer la prevention et la lutte contre les principales maladies animales et les zoonoses, dans le pourtour mediterraneen. L’Algerie est tres presente dans le comite Silva mediterranea de la FAO sur les forets mediterraneennes et a recu debut 2013 la semaine forestiere mediterraneenne. A cette occasion, le cadre strategique sur les forets mediterraneennes dit Cadre de Tlemcen (Nord-Ouest algerien) a ete signe par un segment haut niveau et a jete les bases d’un partenariat plus resserre entre pays du bassin mediterraneen sur les forets.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *