18 octobre 2021

Projet Torba à Timimoun

Un projet porté par un des membres fondateurs; soutenu a long terme par le collectif torba est de créer des échanges entre les permaculteurs du nord et les jardiniers des oasis du sud algérien. (Timimoun)
L’impact du projet serait sur les jeunes populations pour les inviter à ne pas délaisser les jardins des anciens
Le collectif Torba pourra organiser des formations d’animateurs en agroécologie pour la sensibilisation.
Les membres du collectif pourront aussi séjourner dans cet espace de vie pour un éco-tourisme participatif.
Djnan Feraoun, se trouve a 10 km de timimoun, prêt de la celebre grotte d’ighzer et au pied d’une falaise, qui abrite de petites grottes autrefois habitées et un ksar, « ksar faoun ».
Avec ses constructions en tourbe, le village est aujourd’hui abandonné par ses habitants pour se rapprocher du bord de route et construire des maisonnettes en parpaing. (sur la photo vu de la palmeraie, du village abandonnée et des parcelles de terre cultivables).
L’oasis faute d’entretien finira par disparaitre, ses propriétaires tendent à vendre les parcelles pour s’établir en ville, l’objectif des nouveaux propriétaires installés sur une surface de 3 hectares, étant de créer un espace de vie pour partager avec d’autres, leur amour de la terre, du travail collaboratif et l’échange de savoir-faire.
Djnan Feraoun comprend :
1- un éco-logis, en cours de réalisation, (chambres individuelles, salons et cuisine partagé),
2- un espace détente, lecture et relaxation autours d’un point d’eau et sous les palmiers,
3- 3 ateliers de, poteries, tissages et savonnerie en cours de réalisation.
4- Une boutique pour les produits locaux des artisans de la région.
5- 1 hectare réservé aux jardins potagers pour les besoins des habitants.
6- Un espace poulailler et chèvre.
Le couple propriétaire, compte inviter chaque semaine et gracieusement un groupe d’enfants et d’adolescents des villages et des ksars voisins pour des initiations à l’agroécologie, au recyclage et à l’importance de l’autonomie alimentaire.
Dans ce cadre, le collectif Torba est invité à organiser toutes activités allant dans le respect des valeurs humaines de la terre et de l’environnement pour contribuer au maintien de l’agriculture paysanne dans ces régions sahariennes.
Avant l’abandon des parcelles cultivables. (Photo prise en 2009)
Apres l’abandon des parcelles (photo prise en 2013)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *