18 octobre 2021

En zones de montagne

En zones de montagne

La publication « VERS UNE TRANSITION AGRO-ECOLOGIQUE » produite par le projet ACPP est une invitation à vous initier à l’agroécologie. Les personnes intéressées peuvent se rapprocher de Torba ou d’AREA-ED pour son acquisition.
« Face aux défis qui sont déjà là et qui vont s’accélérer (crises économique et sanitaire, réchauffement climatique, perte de la biodiversité, migration des jeunes…), la transition agroécologique s’impose comme une nécessité incontournable pour les populations paysannes, en zones de montagnes. Il s’agira d’un réflexe de survie pour l’autonomie alimentaire, la préservation des ressources naturelles et la sauvegarde d’un Biotope fragile, classé réserve de la biosphère.
Les actions de vulgarisation auprès des communautés paysannes de 3 Parcs nationaux (Tlemcen, Djudjura, Babors-Tababort) ont permis de mettre en évidence tout le potentiel agroécologique que recèlent ces régions montagneuses. Des techniques anciennes/traditionnelles et parfois innovantes ont été présentées et discutées avec les paysans, tels que la gestion de la fertilité organique du sol, l’importance des semences paysannes, l’aménagement et la récupération des eaux pluviales, la santé des plantes et l’agroforesterie. De même, ont été discutés les moyens à mettre en oeuvre pour transformer et valoriser les surplus et les commercialiser dans des circuits-courts.
A l’issue de ces sessions de vulgarisation/formation, il apparaît clairement un besoin d’accompagnement approfondi et de suivi/conseil, idéalement par des animateurs ruraux. Ce suivi est à faire en temps réel sur de petites surfaces, afin que les paysannes et paysans puissent mesurer et comparer les résultats de leurs actions, même si l’on sait que l’agroécologie est une approche qui donne des résultats sur le long terme. Des parcours de professionnalisation seraient par la suite intéressants à mettre en place en maraîchage, élevage (poulet fermier, élevage ovin/caprin, apiculture), arboriculture fruitière (taille, greffage d’amandiers, pommiers, noyers…) et gestion économique d’exploitation (calcul de marge).
Une chose a été sûre à l’issue de ce projet ACPP, c’est que les paysannes et paysans ont été convaincus que l’agroécologie dans les zones de montagne est une voie économique d’avenir ».
Dans le présent Document qui aborde un volet du projet d’Appui aux Communautés Paysannes des Parcs nationaux (ACPP), Torba a eu à diffuser, à quelque 200 paysannes et paysans, les grands principes de l’agroécologie et de la diversification des activités (écotourisme, transformation…). Puis une sélection de 60 agriculteurs/agricultrices ont bénéficié d’une formation de terrain dans des fermes locales. Des rencontres d’échanges d’expériences ont été organisées, notamment par la visite d’une ferme agroécologique au Parc national de Chréa, qui commercialise ses produits dans le circuit-court Tafas (Torba) au Fayet Club.

2 thoughts on “En zones de montagne

  1. Bonjour Mr Karim Rahal
    Tout d’abord, bravo et merci pour ce que vous faites.
    Je vis actuellement en France, mais compte aller m’installer en Algérie en octobre ( si les frontières sont réouverte). Dans l’objectif dans un premier temps, de créer un jardin-forêt sur nos terres familiales et à terme développer un projet de permaculture social autour de mon village natal en Kabylie, au porte du Djurdjura… Tout ça pour vous dire que je serais ravi et intéressé de vous rencontrer et d’intégrer d’une manière ou d’un autre le collectif TORBA.. De plus, j’hésitais à me former à la permaculture ici en France, mais j’ai finalement décidé de me former et me faire certifier en Algérie, c’est aussi un point que j’aimerais discuter avec vous et cotre collectif.
    Bien cordialement
    Ramdane

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *